Moi, quand je me réincarne en Slime

Moi, quand je me réincarne en Slime

30 mars 2019 0 Par misaki03

Mes bien chers frères, mes bien chères sœurs, il est temps pour vous de changer des sempiternelles licences déjà connues de tous et toutes. Il vous faut du neuf, de la nouveauté, quelque chose de léger et puissant à la fois, en somme une nouvelle licence qui percute et qui s’engloutit rapidement avec passion.
Alors je vous présente « Moi, quand je me réincarne en slime », originellement Tensei Shitara Slime Shitara Datta Ken écrit par FUSE et dessiné par Taiki Kawakami. Ce shonen dont vous avez peut être entendu le nom avec un air dédaigneux tout en cherchant une nouvelle série à regarder est une licence exclusive et tête d’affiche de la plateforme de SVOD Crunchyroll (streaming à la demande en gros).

 

Si vous pensiez avoir tout lu ou regardé dans le genre Isekai (univers parallèle – virtuel – MMORPG) notamment avec Sword Art online par exemple (et tant d’autres), eh bien vous vous trompez. Mais pourquoi ne pas introduire ce titre dans mon article en vomissant le ras le bol de ce genre bien trop présent dans les licences de ces dernières années ? Eh bien parce qu’encore une fois, je me fait avoir. Les mêmes ficelles, les mêmes dynamiques, un bon vieux shonen mais surtout un BON shonen. Et là la recette miracle me met encore un uppercut au menton, m’obligeant à m’incliner devant la supériorité d’un genre qui aura toujours mon affection quand il est bien ficelé. Moi, quand je me réincarne en Slime. Déjà le titre, sérieusement tu t’attends au gros nanard japonais avec son humour à la Gintama complètement perché, un puits sans fond d’humour potage sans réel scénario. Je t’arrête tout de suite chers lecteur ou lectrice : oui, comme le titre le laisse supposer tu vas trouver de l’humour, et oui effectivement le speech de départ est décalé. Mais ça passe et l’explication est assez simple.

L’histoire débute dans notre monde réel au Japon où un senpai nommé Satoru perd la vie très rapidement pour des Moi, quand je me réincarne en slimeraisons que je ne vous dévoilerai pas, mais comme le manga se terminerai très vite s’il ça s’arrêtait là je vous rassure le speech débute suite à cet événement. Au moment du trépas, ce dernier divague dans sa tête et prononce quelques dernières paroles qui vont changer son destin. Au moment où ce dernier ferme pour la dernière fois ses paupières pour passer dans l’au-delà, le voici reprendre conscience dans un endroit totalement différent. Son environnement le plonge dans l’incompréhension la plus totale, et s’il s’aperçoit être toujours en vie, quelle ne fut sa surprise de découvrir que son enveloppe charnelle n’avait plus rien d’humaine !
Le voici donc réincarné en slime ! Cette substance gélatineuse qui rappellera aux plus anciens le film Flubber avec Robin Williams, sans réelle consistance ni charisme, est donc le nouveau corps de notre personnage principal. Drôle d’enveloppe pour ce dernier qui, certes surpris par la nouveauté, prend la nouvelle avec beaucoup de flegme et de pragmatisme et se met en quête de tester les propriétés et les avantages que lui confèrent sa nouvelle vie.

Capable d’absorber tous les éléments qu’il englobe avec son corps difforme, ce dernier se trouve absorber et utiliser à son avantage son environnement jusqu’à devenir bien plus puissant que son enveloppe le laisse paraître. Le spectateur assiste donc amusé à ce personnage improbable qui s’amuse de son état avec humour, pour finalement le découvrir évoluer sans un monde nouveau peuplé d’orcs, elfes, dragons et autres créatures d’héroïc fantasy !
Je ne vous spoilerai pas plus l’histoire mais le jeune Satoru va mettre ses nouvelles compétences au profit des plus faibles et fera usage de sa vie passée avec une sagesse très utile.

 

Au menu combats énergiques, humour omniprésent et narration rapide font de ce titre une vrai pépite shonen qui ne lasse pas le spectateur durant ses 25 épisodes. Dur de vous présenter le scénario sans vous spoiler tant le titre intrigue et demande à être développé, mais vous pouvez être sur que le scénario éprouvé par une parution en roman puis en light novel tient la route ! Le manga papier édité en France par Kurokawa est en cours d’édition et l’anime sorti en 2018 est lui disponible en streaming sur Crunchyroll, ce qui vous laisse le choix pour consommer cette licence avec délectation. Concernant l’anime, j’ai beaucoup aimé la qualité de l’animation et son rythme rapide qui donne envie d’en voir toujours plus avec des cliffhanger réguliers, sans compter les OST super bien choisis, je me suis régalé ! N’hésitez plus et lancez vous !

 

Moi, quand je me réincarne sn slime