Amnesia

Amnesia

7 janvier 2019 0 Par misaki03

Un flash et puis plus rien. C’est ce qu’on vu les habitants de Tokyo dans le centre de la ville, ils sont près d’un million à s’être retrouvés dans cette zone et à voir la même lumière aveuglante qui leur à ôté tout souvenir. Ils ne savent plus rien de leur passé, de leurs origines, de leur famille. Tels des enfants, ces nouveaux nés mentaux reprennent la vie à 0 quel que soit leur âge ou situation professionnelle. Voilà ce qu’est Amnesia, le shonen de Yoichiro ONO publié par Glénat en septembre 2012. 

Une histoire qui se déroule dans un monde moderne proche du notre finalement, en 2038, et où le mystère nous saisit très vite dès les premières pages. Pourquoi cette population s’est retrouvé amnésique du jour au lendemain ? Le mystère est total dès les premières lignes et entraîne le lecteur dans la recherche de la vérité au travers de Noa Ikurumi, jeune homme brillant qui se retrouve comme tant d’autres parqué dans cette immense ville souterraine appelée Géofront. Ils vivent tous en reprenant la vie à zéro, se voient renvoyés à l’école, doivent pour les moins chanceux travailler pour subvenir à leur nouvelle vie alors que d’autres bénéficie de l’argent de leur proches « valides » restés à la surface. Car le gouvernement japonais dans son incompréhension totale de l’événement à pris la décision de séparer les Kid’z -victimes- des valides en les rassemblant dans cette magnifique cité souterraine à 1200 mètres de profondeur, dans l’attente de leur guérison ou pour éviter une probable contamination du reste des habitants de Tokyo.

Méprisés, discriminés et haïs, les Kid’z ne cherchent pas nécessairement tous à retrouver leur mémoire et préférant vivre l’instant présent et profiter des relations qu’ils ont liés entre eux depuis leur arrivée à Géofront. Mais voilà, un terroriste fait son apparition dans la ville, et met à mal l’ordre qui régnait en apparence pour faire naître de nouvelles intrigues. Noa Ikurumi, ce jeune si brillant va découvrir malgré lui les origines de « la maladie du 11 janvier » et cette information va bouleverser sa vie.
Qui est il réellement ? Pourquoi cet incident s’est il produit et pourquoi doivent ils tous vivre sous terre dans le mépris des valides ? Tant de questions qui se bousculent lors de la lecture de ce shonen palpitant dont la narration ne vous laissera pas le temps de vous arrêter. Très rapide dans sa construction et son développement, le manga vous happe littéralement dans son scénario pour vous diriger vers une fin imminente, car oui ce titre voit son dénouement arriver en seulement 3 tomes et vous procure un sentiment intense de plaisir autant que de frustration.
Car si l’auteur sait vous embarquer dans son histoire avec brio et vous propose une trame très intéressante avec des dessins véritablement bluffant, la rapidité de son déroulement est autant une qualité qu’un défaut puisqu’il ne laisse pas le temps de donner autant de relief à certains personnages que nous le souhaiterions. Si le personnage principal apporte du charisme et de l’intrigue c’est moins le cas des personnages secondaires qui manquent un peu de développement et certains aspects de l’histoire paraissent un peu superflus au vu de l’axe principal du récit.
Pour ce qui est de la fin de l’histoire au troisième et ultime tome du titre, je vous laisse le soin de juger par vous même, car le revers de la médaille d’un titre aussi bien lancé est qu’il créé des attentes auprès du lecteur parfois trop haute pour pouvoir les contenter en seulement 3 volumes.

Conclusion ? Un shonen vraiment bien mené en seulement 3 volumes avec un speech très accrocheur et un dessin qui frôle la perfection, tellement que l’on aimerai en avoir un peu plus mais comme vous le savez la gourmandise peut être parfois un vilain défaut. Belle oeuvre par le dessinateur du réputé « Brave Story » qui aura à coup sur conquis nombre de lecteurs avec Amnesia !