Karate Shoukoushi Kohinata Minoru

Depuis des années, ce ne sont pas les mangas sur les sports de combat qui manquent. De Coq de combat en passant par Hajime no Ippo, les amoureux de baston ont un large panel d’arts martiaux pour choisir leur lecture.
Personnellement assez friand du genre, je suis assez regardant sur le scénario et le travail des personnages. Je n’aime pas les œuvres où le combat est amené comme un cheveu sur la soupe dans une histoire sans relief. Aussi, dans l’article que je vous écrit aujourd’hui je vais vous présenter un seinen comme je les aime avec des personnages qui ont du caractère, qui se passe dans un environnement lycéen, et dont les protagonistes présentent un potentiel d’évolution tout au long de l’histoire très intéressant.
Entendons nous bien, ce seinen utilise les bonnes vieilles ficelles du genre empruntant aussi au shonen quelques figures de style, mais qui ont fait le succès de ses ainés. Oui, le scénario n’est pas Shakespearien ou tiré d’un film de Tarantino, on assiste pas a la naissance d’une œuvre majeure dans le genre. En revanche, je vous assure que vous trouverez le plaisir que tout bon seinen se doit de vous offrir, ainsi que de nombreuses heures de lecture et de détente !

Le titre Japonais est un peu long à retenir, je vais vous parler ici de Karate Shoukoushi Kohinata Minoru. Comme le premier mot du titre l’indique, ce manga se penche sur l’univers du Karaté plus particulièrement, une première selon moi si l’on occulte Coq de Combat.

Edité par Kodansha et publié dans le Young Magazine, ce manga compte pas moins de 50 volumes (preuve de son succès) et vous transporte dans le monde du lycée Reinan. Ce lycée est particulièrement réputé pour ses filières sportives et compte de nombreux athlètes olympiques ou sportifs professionnels. Quand aux clubs de sport de combat qui sont au nombre de 100, ils forment un comité de sport très prestigieux appelé le Hyakubukai.
Cette organisation au sein du lycée met très clairement en avant les sportifs qui règnent sur le monde étudiant bien avant les universitaires lambda.

Nous découvrons au début du manga le jeune Minoru, étudiant classique membre du club de gymnastique, lors d’un entrainement avec son amie Nana dans le gymnase du lycée. Le jeune homme apparaît très vite comme un protagoniste maladroit et assez faible, et se retrouve très rapidement dans une situation délicate lorsque ses sempaïs débarquent pour lui infliger une correction.
Dépassé par la situation et incapable de se défendre, c’est son amie Nana pleine de courage qui vient à son secours pour le protéger sans succès et pour se retrouver au final victime à son tour.
Faible et sans défense face à leurs agresseurs, les deux étudiants courent à leur perte.
Mais une intervention imprévue viendra changer la donne car en effet, Mutou Ryuuji, un karatéka avide de combats qui assistait à la scène s’interposa pour coller une raclée monumentale aux sempaïs.

Une âme charitable ? Non, car Mutou s’est interposé non pas uniquement par bonté, mais aussi par colère après avoir assisté au manque de combativité et à la lâcheté de Minoru. Le karatéka, combattant redoutable avide de combats, décide de ramener le jeune étudiant avec lui après l’avoir mis K.O.
Le ramener où ? Au dojo du 2e club de Karaté de l’université, un petit club du Hyakubukai et qui ne compte que quelques membres. Ce club, présidé par Minami Hiroki, pratique un karaté traditionnel qui va impressionner la jeune recrue. Le karaté, se force, sa vitesse et son efficacité viendront subjuguer Minoru qui dès lors commencera à s’entrainer pour espérer se forger un caractère nouveau et savoir se défendre par lui même.

Oui, ce n’est pas avec ce speech que je vais vous convaincre, mais le mieux c’est de vous rendre compte par vous même du potentiel d’une série de 50 tomes qui a su séduire son public au Japon et dans l’univers de la scantrad française. Je ne veux pas tout vous dévoiler mais vous pouvez assurément vous lancer dans la lecture de ce titre qui viendra enrichir plus encore votre liste de lecture !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *