Donten Ni Warau

Vous recherchez surement un nouveau manga a regarder pour vos derniers jours de vacances d’été, pour passer le temps peut être, ou simplement parce que vous vous apercevez  qu’il ne vous reste que peu de temps pour profiter de flâner en regardant des animes !
Du coup, gentil comme je suis j’essaye de vous rendre service, et je vous propose de découvrir Donten Ni Warau.

Ce shonen sorti en 2014 et créé par Kemuri Karakara, se déroule durant l’ère Meiji à l’époque où je japon connaît la transition entre un monde traditionnel peuplé de samouraï et un autre plus moderne et influencé par l’occident.
A cette époque, la criminalité augmente considérablement et le gouvernement décide de créer une gigantesque prison au milieu du Lac Biwa, le Gokumonju.
Et pour se rendre dans cette prison et transférer les détenus, il faut passer par le clan Kumo, protecteur du village.

Réputé dans tout le japon, le clan Kumo est composé de 3 frères : Tenka Kumo, l’aîné aux talents de combattant sans pareil, Soramaru Kumo, le cadet qui vit dans l’ombre de son frère en essayant de le surpasser, et Chutaro Kumo, le benjamin enjoué qui a encore tout à apprendre.
Ces derniers sont adorés par les villageois, qu’ils protègent des brigands avec une joie et une bonne humeur communicatrice, et accomplissent leur mission de passeur en collaboration avec la police.
Vivant dans un temple en famille, les trois frères vivent avec un homme, Shirasu Kinjo, recueilli par Tenka et dont les origines restent mystérieuse.
Alors que tout semble aller pour le mieux, l’intrigue prend de l’ampleur lorsque Soramaru entend une conversation de son grand frère au sujet d’Orochi, un monstre antique dévastateur, qui se réincarne dans un réceptacle humain.
Ce monstre qui était déjà apparu il y a 300 ans, va devenir la préoccupation principale des acteurs de ce shonen, car le temps presse : des signes de sa résurrection apparaissent.

Sans spoiler l’intrigue et les nombreux retournements de situations qui vous attendent en regardant Donten ni Warau, vous pourrez trouver dans cet anime les recettes classiques du shonen vu et revues de nombreuses fois, ainsi que quelques passages un peu longuet qui abusent du côté sentimental des scènes. Un peu déçu par les premiers épisodes, j’ai finalement été captivé par les bouleversements qui sont apparu en cour de route, qui redonnent de l’intérêt au scénario et accélère le rythme.
Ici, point de chef d’œuvre, mais un shonen qui ne ment pas sur ses intentions : vous divertir avec ce que le genre sait faire habituellement, et le tout en 12 épisodes (ce qui est parfait et largement suffisant.).
L’animation du studio Dogakobo est propre sans être dans les meilleurs du genre, mais l’ensemble est agréable visuellement, je vous conseille donc cette série pour vous poser dans le canapé tranquilou ou pour caler vos moments d’ennui.
Un shonen de plus à regarder, et que je l’espère, vous apprécierez !

donten ni warau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *