Hatsukoi

Hatsukoi

18 novembre 2012 0 Par misaki03

Mizuki Kawashita est un nom que tout fan de manga doit déjà avoir entendu quelque part…. non ? Bon ok alors disons que vous connaissez tous et toutes un de ses mangas, aimé par les uns, et détesté par les autres : Ichigo 100%.
Et bien l’auteur remet le couvert avec son nouveau manga HatsuKoi, toujours fait du même bois mais encore plus abouti !
Que dire sur ce nouveau manga de 4 tomes seulement et disponible en 12 épisodes chez Kazé ? En quoi se différencie-t-il d’Ichigo 100% et surtout doit on le regarder ?
« Challenge Accepted » comme dirait l’autre, répondons à ces questions.

 

DU KAWASHITA DANS LA PLUME

On ne change pas les traits d’un auteur d’un manga à l’autre, et la première chose qui frappe le lecteur c’est la ressemblance avec les personnages d’Ichigo 100%. On sait où on est et dans quoi on s’embarque dès les premières pages, les filles et leur jolies frimousses feraient pâlir de jalousie de nombreuses top modèles, et leur plastique sera mis à leur avantage tout le long de l’histoire.
Bizarrement tous les hommes du manga n’ont pas eu le droit au même traitement, on retrouve un gros costaud plutôt effrayant au premier abord, un pervers binoclard, et autres personnages secondaires plus ou moins normaux.
En revanche, si l’on s’attend à tomber dans un manga purement « harem » où toute apparition d’une jeune fille est prétexte à la divulgation de sous vêtements, et bien on se trompe…à moitié !

UN ANGLE DE VUE PLUS… FEMININ ?

Oui, on ne peut pas le cacher, on reste dans un shonen qui réutilise la bonne vieille recette des jeunes hommes amoureux de somptueuses nymphes, et oui, vous pouvez vous attendre à de nombreuses barres de rire face aux situations cocasses que cela va entraîner mais (il y a toujours un mais) HatsuKoi bénéficie d’un petit « plus » qui ne déplaira pas à certain(e)s.
Ce qui diverge par rapport à l’ancien succès de Kawashita, c’est que ce coups-ci on découvre les histoires entre chaque personnage en prenant au passage une petite leçon de psychologie féminine.
Même si l’on est loin d’un cours pour apprendre aux hommes ce que ressentent les femmes, les sentiments de ces dernières sont mis en avant et ça, c’est nouveau.

UNE ANIMATION REUSSIE

Un trait qui a fait ses preuves, et un scénario qui mêle humour poilant et scènes sexy, ça annonce déjà un manga qui a toute ses chances de réussir ; à cela ajoutez une animation soignée par la production de JC Staff et vous avez de quoi vous régaler pendant 12 épisodes de 24 minutes.
Oui c’est court, mais c’est rythmé et les épisodes sont de bonne facture tant au niveau des couleurs que de la fluidité des dessins, et c’est ce qui fait de HatsuKoi un manga qui permet de passer un bon moment soit devant la version papier soit devant sa télé.

 

hatsukoi