Le séisme au Japon. 11 Mars 2011

Le séisme au Japon. 11 Mars 2011

19 mai 2012 0 Par misaki03

Il est 14 heures 46 minutes et 23 secondes, heure locale, et le Japon viens de connaître le pire évènement de son histoire depuis la seconde guerre mondiale, pire encore que le séisme de Kobe en 1995.
« Un tremblement de terre vous dites ? Eh alors ? Le Japon en a connu d’autres, et la population Nippone s’est toujours redressée »… C’était sans connaître les terribles conséquences d’une telle secousse.

11 Mars 2011, le Japon vient de vivre le 5e séisme le plus important sur terre depuis 1900. D’abord estimé à 7.9, puis à 8.8, c’est finalement le niveau 9 sur l’échelle de Richter qui est atteint par ce dernier. L’évènement ne créé pas la panique, mais inquiète. A Tokyo, les gratte-ciels épousent le mouvement du sol et se courbent dangereusement, mais résistent; la population elle, presque flegmatique sort des buildings observer le phénomène qui, bien qu’habituel leur paraît plus violent qu’a l’accoutumé.
Ce que les Tokyoïtes ne savent pas encore c’est que plus au nord, sur les côtes de la région de Tohoku, un tsunami arrive.

10 minutes, c’est le temps qu’il aura fallu à la vague pour atteindre le japon et parcourir les 130 km qui séparait l’épicentre du séisme du littoral nippon. Les vagues sont mesurées de 4 … à 20 mètres par endroits, les digues n’ont aucune utilité,

et la population est prise de vitesse par l’océan déchainé.
600km de côtes ravagées, jusqu’à 10km à l’intérieur des terres.
Des villes et des ports sont rasés de la carte, on retiendra le nom de Rikuzentakata et de Minamisanriku, toutes deux rasées et ayant perdues des milliers d’habitants.

Au 21 avril 2011, le séisme et le tsunami ont fait 14 300 morts et environ 12 000 disparus selon la police japonaise. À terme, le bilan s’établirait entre 26 000 et 27 000 morts ou disparus.

Mais un malheur n’arrive jamais seul, et dans la tourmente les japonais vont devoir faire face à une catastrophe nucléaire.
Fukushima, un nom désormais entré dans l’histoire pour sa tristement célèbre centrale nucléaire : Fuskushima Daiichi. Il est 19 heure 3 minutes, le même jour, et le gouvernement Japonais vient de déclarer l’état d’urgence nucléaire pour le pays. 215 000 personnes sont évacuées dans un rayon de 30km, et l’incident atteint le niveau 7 sur une échelle de … 7.
Tout pourtant avait été mis en œuvre pour protéger la centrale des phénomènes climatiques les plus intenses, affirmait le gouvernement, mais un élément n’avais malheureusement pas été pris suffisamment au sérieux : ce n’était pas le séisme, ce n’était pas les typhons, mais c’était bel et bien le tsunami.
Oui, des digues étaient là pour protéger la centrale, oui le tsunami avait été prévu dans des causes possibles d’accident, mais non, les autorités nippones n’avaient pas envisagés des vagues si importantes.. Là fût leur erreur.
La suite, vous la connaissez, des explosions ont eu lieu dans 3 des réacteurs de la centrale, laissant échapper des radiations importantes; le refroidissement des réacteurs causa de nombreux problèmes obligeant les secours a faire preuve d’imagination pour apaiser la situation; de l’eau radioactive a du être déversée dans l’océan pour permettre de réparer les fuites d’un réacteur; et maintenant la radioactivité se fait de plus en plus sentir dans les aliments provenant des alentours de Fukushima.
Cette histoire là n’est pas terminé et le Japon est encore aujourd’hui le théâtre d’un scénario catastrophe qui tient en haleine le monde entier.
seisme 3

Alors chers lecteurs, je vous propose d’avoir une pensée pour nos amis japonais, pour ce peuple que l’on aime et que l’on souhaite soutenir dans l’adversité.
Vous pouvez faire un don sur le site de la croix rouge si vous le souhaitez, dans tout les cas : NIPPON GANBARE !