J-music

J-music

19 mai 2012 0 Par misaki03

Fans du Japon, vous connaissez surment l’un des éléments culturels les plus médiatiques au Japon: la J-music; mais vous, novices, vous ne voyez en ce terme qu’un sigle comme il en existe plusieur et n’en comprenez pas forcément la signification.
Ok ok, je suis là pour vous éclairer.

« J-music » c’est avant tout la Japanese Music, ou pour les non anglophones, la musique japonnaise.
Il faut tout de même préciser que cette appélation n’est pas très vieille et que l’on a pas toujours appelé la musique japonnaise de cette manière: retour sur les traces de la J-music et sa branche la plus représentative: la J-pop.

Pour faire simple et pour ne pas faire un cours d’histoire, remontons dans les années 70.
A cette époque, la pop music connait un véritable essort médiatique face a l’ancètre nommé « Enka » (a savoir la musique traditionnelle -on en reparlera-), et autres Jazz, Folk et Contry qui plagiaient en quelque sorte les tubes américains.
Ce sont les influences américaines d’après guerres qui ont put donner naissance a ce nouveau genre, avec dans les années 50 une prédominance du Jazz et dans les années 60 celle du Rock and Roll.
Cette pèriode voit d’ailleur naître l’arrivée des concerts et des karaokés dans tout le pays et redonne un peu d’énergie a un secteur musical peu productif et en manque d’originalitée.
Si en 1970 le folk (guitare acouistique avec un accompagnement minimaliste) est dans un premier temps LA référence, on verra tout de même petit a petit s’afficher une transformation du genre musical avec une complexitée musicale en train de s’affirmer.
C’est a ce moment qu’apparaissent les précurseur de la J-pop (a cette époque appellé New Music ou City Pop), véritables légendes au Japon comme Yamaguchi Momoe, Matsuda Seiko ou Nakajima Miyuki dans les années 80.

Année 1980, ou la mise en place d’une industrie musicale moderne qui propose de la musique identitaire, mais toujours influencé par les USA.
Arrivée aussi d’un nouveau business autour des stars avec les paparazzis ! Fini les petites stars japonnaise qui vivaient dans un calme relatif, avec la modernisation de la musique japonnaise, les magazines people ne tarderons pas a faire leur apparition.
A cette époque, la grande idole détentrice du record du nombre de sigle numéro 1 des charts (jusqu’au moi de mars dernier) Matsuda Seiko fasait rage suivie par la légende Sakamoto Ryuichi dans un registre un peu différent.
A noter que « Chage and Aska » auront vendu les tickets des 61 dates de leurs concerts en un jour, ce qui montre la grande popularitée des stars de J-pop au Japon ! Une popularitée qui se fera même entendre jusqu’aux USA, mais ceci est une autre histoire ^^.

Autre époque, celle commençant en 1990, vit enfin le terme J-pop s’officialiser avec son apparition sur l’antenne radio « J-Wave ». A noter que Tetsuya Komuro (créateur de la musique de City Hunter) sera l’homme de la J-music puisqu’il lancera la carrière de nombreux artistes et fera ainsi des années 90 la pèriode la plus productive de l’industrie musicale Japonnaise.
Avec l’importation du R&B au Japon et son intégration dans la pop japonnaise, l’univers musical de certains artiste se transforme et devient un mouvement a-part-entière de la J-music: le J-R&B.
C’est aussi l’époque des Ami Suzuki, Zard, Dreams Come True, Deen, B’z et autres Boowy……
1990-2000 verra apparaitre notemment l’une des curiositée les plus attirantes du japon: les groupes de Visual Kei, nouveau genre de la J-music il est un univers musical assez spécial a cause du look des groupes qui le composent (très exentriques).
Toujours plus près des USA, la J-music voit une nouvelle branche se créer avec l’arrivée de groupes de rock d’inspiration Américaine : c’est le J-rock, avec des artistes mondialement réputés comme X-Japan, Glay, Luna Sea ou L’arc en Ciel.
L’underground se dévelloppe aussi, toujours bien évidemment d’inspiration américaine, avec l’explosion au japon du Hip-Hop: bienvenue au…J-Hip-Hop…et oui, tout commence par « J » et fini par le nom du genre (pas trop dur a retenir comme sa hein ?).
Au niveau du Hip-Hop on notera biensur des artistes comme DJ-Krush, Muro ou Zeebra, Twigy, Dev Large et son Buddha Brand.

Dernière époque de la J-music, 2000 à aujourd’hui. Ce qui caractérise cette pèriode c’est en premier lieu une sophistication de la musique, des visuels et l’arrivée de nouveaux genres musicaux comme l’électronica et la prépondérence grandissante du Hip-Hop. A noter quelques groupes/artistes qui auront redonné un peu de fraicheur a la J-music: Angela Aki, Pushim, Yoshika, Dragon Ash, Moomoon, MSC, SCARS, Morning Musume, Full Language, Halcali……


Voila, je me suis hatelé a la lourde tache de vous présenter un peu l’histoire de la J-music, j’espère que maintenant vous aurez les bases pour vous intéresser d’avantages au merveilleux univers de la J-music !

 

 

vamps